Aventures stéphanoises

Samedi 3 octobre 2009 17:48 - Divers

Je triche un peu et les fais commencer la veille, le soir, quand des plans très précis concernant une utile lessive sont mis à mal par une invitation à venir dîner, d'artichauds et sardines grillées. Pour être honnête ma dernière expérience avec un artichaud doit remonter à 2001 et ne pas être des plus heureuses mais enfin soit, à l'aventure et ma foi de bien bons artichauds et une bien bonne soirée.

Soirée qui laisse donc une lessive sur le tapis et en conséquence me projette dans une chasse au trésor, jeudi matin, pour constituer deux paires de chaussettes appareillées. Objectif atteint, ce qui m'étonne encore aujourd'hui, mais qui est suivi d'un nouvel obstacle : toute ma flemme a eu raison de mes vélléités d'achat de chaussures neuves et celles que je me mets aux pieds, décemment, pour l'objet de mon voyage, ne conviennent pas. Remue-ménage et sublime retour des ABL que je n'ai pas dû porter depuis l'Ardèche. Ainsi paré, en route ! Saint-Étienne me voilà !

5 heures plus tard

Oui, j'y suis, et quelle merveille que ce TER Rhône-Alpes munis de prises électriques. J'ai une adresse, et porté un rapide coup d'œil sur une carte avant de partir, Denfert-Rochereau ? Parfait, tout droit. Je vais un peu trop loin, mate un plan des bus, me réoriente et plus tôt que je ne l'imaginais arrive la rue de ma destination, hôtel annoncé fraîchement rénové, en fait encore en cours de rénovation, qu'à cela ne tienne, chambre 105, ce côté est tout neuf, je glisse ma carte et la porte s'ouvre. Je déballe mes quelques affaires, oups j'ai oublié la mousse à raser, et aïe aïe mon talon, je sors acheter des sparadraps. Merveilleuse invention de la médecine moderne que ceux-ci, me voilà à nouveau marcher sans mal, je m'élance à la découverte de la ville, et me voilà sans le savoir grimper le Crêt de Roc.

Quartier historique des armuriers et des passementiers, construit sur un site collinaire, le Crêt de Roc caractérise fortement le paysage et le patrimoine stéphanois. Il compte 8 000 habitants (chiffres de 1999). Il présente aujourd’hui un habitat ancien fortement dégradé accueillant une population en grande fragilité sociale.

Il n'y a pas à dire, Saint Etienne, c'est encore www.saint-etienne.fr qui en parle le mieux... Pourtant, ces immeubles à flan de colline, ces escaliers montant à travers le quartier, peut-être est-ce juste nostalgie de la Montagne de Bueren mais j'aime assez.

Du haut du crêt de Roc

Crêt de Roc, Saint-Étienne, 1er octobre 2009

Je rejoins alors le centre ville en descendant ces escaliers qui constituent la « Montée du Crêt de Roc ». Place Jean Jaurès, café des artistes, petite pause avec Haruki Murakami, puis place de l'Hôtel de Ville et retour au mien, d'hôtel, pour retrouver Mikaël, local de l'étape, qui sait donc que c'est dans l'autre direction qu'il faut aller, rue des Martyrs (de Vingré). Soirée tranquille vu ce qui l'attend le lendemain et retour au bercail.

Réveil, petit déjeuner et direction l'ISTASE, qui s'appelle maintenant Telecom Saint-Étienne. Pas d'aventure pour moi ici, ma place de membre invité du jury est bien plus décontractante que celle de Mikaël, dont c'est la soutenance. « Identités numériques : gestion inter-organisationnelle centrée sur l'utilisateur et respectueuse de la vie privée », la matinée se déroule sur ce thème, et une fois la très honorable mention acquise, l'après-midi aussi, dans des discussions avec les autres membres du jury et de l'institut. Mais déjà l'heure a trop tourné et c'est le retour en train et la fin de cette courte escapade.

Dernière modification: samedi 3 octobre 2009 17:48

Oh, ma ville de naissance !!! Aujourd'hui j'habite à vingt kilomètres de "Sainté", en Haute-Loire. Sympa avoir parlé de Saint-Étienne, merci.

Comment by Clapico on 3 octobre 2009 18:58

J'y suis resté 5 ans pour mes études. Une ville surprenante. Comment dire... un mix du Sud et du Nord, avec un petit coté breton (ça picole dure). Au début j'avais pris peur, ça semblait noir et froid, mais 2/3 bars et quelques rencontres plus tard, j'ai pris une bonne claque. Les gens sont vraiment gentils et accueillants. Très très chaleureux. Ce qui m'a le plus fasciné, c'est que c'est une ville où les communautés se mélangent et s'intègrent super bien. J'en garde de très bon souvenirs et j'y passe une ou deux fois dans l'année voir des potes. Passer ses vacances à "sainté" ça peux sembler curieux, mais je kiffe vraiment. Ca bouge, c'est pleins de concerts et de groupes, il y a toujours quelquechose à faire.

Comment by Prout on 4 octobre 2009 4:34

Bon dieu, quel poète, j'aime toujours autant ton style d'écriture :-). Petite coquille : "une fois l'a" -> "une fois la"

Comment by liberforce on 5 octobre 2009 15:50

Les commentaires sur ce billet ont été fermés.