Six novembre

Jeudi 13 novembre 2008 21:59 - Divers

Pour changer de mes aventures au pays de GNOME, et pour me changer les idées d'une journée passablement éprouvante (et pas seulement par le plombier qui laisse un trou de 60 x 50 centimètres dans ma cuisine), quoi de plus guilleret qu'un petit texte griffonné pour inaugurer, ou presque, un nouveau carnet de notes, il y a quelques jours.

...

Six novembre; la date joue à rester dans ma mémoire, pourtant au fil des ans je m'interroge de plus en plus souvent, n'était-ce pas plutôt le cinq ? Ou le sept ? En tout cas un vendredi, ou un samedi peut-être, il y a quinze ans. Le soir, la plage arrière d'une voiture, une Ford Escort d'occasion ?, une forme un peu coupé, ça a une forme de coupé une Ford Escort ? Mais peu importe le souvenir de l'extérieur bien flou, c'est à l'intérieur que ça se passe. Il est neuf heures du soir, ou dix ou neuf et demi ou dix et demi, ou plus tard, mais pas trop, on aura compris que là n'est pas l'important, à l'arrière il y avait elle, et il y avait moi, soudainement un peu perdus (pluriel à perdu ? — ah ah). Et la voiture a roulé et dire qu'on s'est alors trouvé c'est à la fois tarte à la crème et de la mauvaise poésie, donc non, on est resté perdus (c'était donc un pluriel) mais on s'est rapprochés comme jamais avant; circonstances; une fête. Puis rapidement fin de soirée et à nouveau la route, s'arrêter et la déposer, puis mon tour de rentrer, et ainsi terminer.

Dans mon carnet papier je peux écrire que j'étais devenu sérieusement amoureux, ici pourquoi pas écrire que pour elle encore aujourd'hui je pourrais hésiter quinze secondes à ouvrir un compte sur Facebook.

Superbe ton texte, vraiment.

Comment by Pierre on 14 novembre 2008 9:00

Les commentaires sur ce billet ont été fermés.