Ah beinh zut

Vendredi 31 octobre 2008 19:00 - Divers

Sur mon site ou sur mon blog, je propose seulement des liens vers des films pirates ou vers des vidéos en streaming, sans héberger directement ces contenus. Suis-je condamnable pour cela ?

Oui, car la fourniture de liens hypertextes permettant l'accès à des contenus diffusés illégalement est une forme de mise à disposition de ces œuvres. Elle constitue un délit de contrefaçon.

Dans la série, « ah bein zut alors », voici un lien permettant l'accès à des contenus diffusés illégalement : attention.

À part ça, sur http://jaimelesartistes.fr/, il y a aussi un super autocollant « Pirater tue les artistes et tous les métiers du cinéma de la musique et des jeux vidéo ». Mais, un peu fou, il y a aussi un onglet « Découvrir l’offre de téléchargement légal » avec, une fois passés les fournisseurs d'accès et les marjors, un lien vers Dogmazic.

Ah, et aussi, « L'établissement de lien vers le site jaimelesartistes.fr est possible sous réserve d'en informer au préalable et par écrit le ministère de la culture et de la communication cliquant ici. » Beinh zut alors (bis repetita).

Dernière modification: vendredi 31 octobre 2008 19:01