La démocratie, cinq minutes tous les six ans

Dimanche 8 octobre 2006 14:54 - Divers

C'est maintenant, cinq minutes tous les six ans, la démocratie est en marche.

C'est d'un ridicule, mais j'ai quand même résolu que malgré cela, malgré aussi l'emploi de machines électroniques incontrôlables, et sans être poussé sur le côté obligatoire du vote en Belgique sur lequel j'ai les convictions pour m'asseoir; malgré tout, donc, je me suis décidé à aller voter, me justifiant que c'était une élection locale et qu'à ce niveau un lien direct entre les élus et les citoyens peut encore exister, me justifiant aussi que j'allais voter pour quelqu'un que je connais et aime beaucoup, avec qui la proximité et le dialogue a toujours été possible.

Je m'apprête alors, souvenir des dernières élections, longue file, debout, dehors, conséquence de quoi je me prépare cet après-midi, je charge mon sac, une pomme pour donner la couleur, un journal libertaire pour ne pas prendre le geste au sérieux, des autocollants antipub pour la route, un appareil photo on ne sait jamais, un carnet de notes toujours, cette fois je ne m'y ferai pas prendre.

Plutôt, tant qu'à me faire prendre à voter, je ne le ferai pas après avoir attendu dans le vide trop longtemps.

Mais je n'ai rien eu à sortir, j'ai plus eu à attendre aux feux qu'au bureau de vote, tac, tac, en français, oui je suis sûr, encore un coup de crayon électronique pour la candidate, un dernier pour terminer, hop la carte magnétique sort. C'est allé si vite que je la remets dans l'appareil, pour qu'elle affiche ce qu'elle a prétendument enregistré.

Et ça se termine ainsi.