En première

Vendredi 28 juillet 2006 20:19 - Divers

Je l'ai écrit ici ? Je ne sais plus, toujours est-il que mon dernier trajet Paris Bruxelles, en train comme il se doit, il avait d'abord subi les affres de la SNCF et d'un système informatique défaillant mais ce n'est pas là important, j'étais accompagné d'une miss toute émoustillée de voyager en première classe, parce que c'est comme ça, la première tarif jeune, c'est toujours moins cher que la seconde.

Sauf que jeune, çà s'arrête le jour de ses 26 ans, paf, et que du tarif plein en seconde, c'est quand même bien moins cher que le même en première, que la miss et moi nous étions donc là où les classes se côtoient, au bar. Elle avait quitté sa place malgré le « mais mademoiselle, et votre plateau repas ? » et le trajet s'est donc déroulé au bar, avec nos mauvais mais chers sandwichs SNCF, et la miss qui de son repas n'avait rien eu, ne perdait quand même pas le nord « on a droit à du vin, mais c'est super », « je peux en reprendre, mais c'est pas vrai, c'est vraiment super ».

Du coup un air de première à ce retour et ce matin, scénario différent, matin matin, trop tôt, quelle idée conne d'avoir insisté pour une réunion. Je m'assieds, en saluant les deux filles partageant les sièges se faisant face, « mais non, ne bougez pas, restez près de la fenêtre » « oh c'est gentil », mais bardaf à un moment ça tombe quand même à l'eau, de nouveaux passagers et la place de la miss de droite réquisitionnée par sa légimite propriétaire.

Oh le sentiment de propriété qu'ont les gens pour leurs places, autre sujet.

Et donc les deux filles séparées par les misères de la propriété, tentative de négociation, et oui je suis gentil, donc ça négocie avec moi, bon deal, une place en première contre une place face à ma copine. Pas de problème, sauf que c'est la même histoire, tarif jeune tout çà, et que je ne pourrai le justifier lors de l'inévitable contrôle. Mais les Thalys, je connais, je conseille quand même, « attendez un peu, dans trois minutes ça démarre, vous trouverez sans soucis deux places libres ».

À nouveau peut-être le sens de la propriété, ou peut-être simplement le respect de l'ordre établi, la personne à la place 33 doit être assis à la place 33, pas de négociation. Mais négociation avec le contrôleur que je ne suis pas mais la fille qui revient contente, « voilà c'est bon, tu peux aller en première », et hop échange de billets.

J'avais souvenir qu'il y avait des prises électrique, en première, déception. Mais ils servent, et plusieurs fois, du thé, et il est bon, et des petits pains, et des croissants, et du jus d'orange (lui aussi bien bon), etc. Limite après ça je pourrais aller chercher le Financial Times, autre avantage, ça, les journaux gratuits.

Et voilà comment une journée démarrée au quart de tour en avalant un peu trop vite un thé au sortir d'une douche trop rapide, comment une journée bascule du bon côté, peinard, il fait beau, ils annonçaient des orages et non, il y a le nouveau CQFD dans le kiosque de la gare, c'est super.

Ensuite ça a bien continué.