Le fond et la forme

Jeudi 30 septembre 2004 11:37 - Divers

Le fond et la forme, toujours entremêlés, comment font les gens pour les isoler, les juger séparément, les réunir ensuite ? Je ne peux pas, je ne suis pas un dissecteur, j'aime un film, un livre, une musique, cela me convient, je me perds dans les conversations devant dépasser le tout. J'ai prêté « La course au mouton sauvage » (Haruki Murakami) et « Le caméléon » (Andreï Kourkov) à S quand il est parti en vacances. Il est rentré, m'a dit les avoir aimé, c'est bien, pourquoi analyser ?

On me demande le fond mais ce n'est pas possible, je suis sensible à la forme; trop sensible dans certains domaines; ne pas partir avec un livre à cause de la texture du papier, c'est être un peu trop sensible, non ?

Fred, je suis comme toi. J'attache beaucoup (peut-être trop) d'importance à la forme. Je me reconnais tout à fait dans ta remarque concernant la texture du papier d'un livre (surtout que le papier est pour moi un matériau magique). Il m'arrive aussi d'acheter un livre uniquement parce que sa présentation, la matière de sa couverture, ses couleurs, son papier me séduisent, sans avoir la moindre idée de ce qu'il contient. Cela réserve parfois de très bonnes surprises...

Comment by Thierry on 30 septembre 2004 12:25

Les commentaires sur ce billet ont été fermés.